Ubuntu 11.04 (Natty Narwhal) : le test ! Envoyer

C'est le printemps, et comme chaque année à cette période, une nouvelle version d'Ubuntu est de sortie. Cette nouvelle version comporte -comme à chaque fois- son lot de nouveautés.

 

Voici les changements les plus marquants de cette version :

 

  • L'environnement de bureau GNOME 2.32 et ses logiciels ont été mis à jour
  • Canonical a fait le choix pour cette version de ne pas intégrer Gnome 3
  • L'interface par défaut, constituée de Gnome-Panel, est remplacée par Unity
  • L'interface classique reste disponible sous l'appellation "Ubuntu classique"
  • Banshee remplace le lecteur de musique Rhythmbox en tant que lecteur par défaut
  • LibreOffice remplace OpenOffice.org en tant que suite bureautique
  • Firefox 4.0 devient le navigateur Web par défaut 
  • Le client d'affichage distant Remmina remplace Terminal Server Client

 

De cette liste, la vraie rupture réside dans l'arrivée de Unity comme espace de travail par défaut. C'est en effet un choix stratégique pour Canonical, société éditrice d'Ubuntu, qui n'implémente pas Gnome 3 dans cette version d'Ubuntu. La société sud-africaine a en effet préféré privilégier sa propre solution, Unity, qui fait office d'espace de travail par défaut.

 


Interface Unity : bureau sous Ubuntu Natty Narwhal

Passée l'installation -d'une simplicité déconcertante- la première chose qui frappe, c'est bien évidemment l'interface Unity. Il s'agit d'un point que l'on aime ou que l'on aime pas, mais cela ne laisse pas indiférent. Si les premiers pas sont déroutants voire difficile, à l'usage, ce nouveau moyen d'interagir avec son bureau est efficace avec l'habitude. Que les nostalgiques de Gnome 2 ne se frottent pas les mains trop vite, si Ubuntu 11,04 n'embarque pas Gnome 3 et permet d'utiliser un bureau "classique" (sans l'interface Unity), ce n'est que partie remise pour la prochaine version. Unity et Gnome 3 étant similaires dans leur approche, il faudra tôt ou tard vous faire à ce type d'interface.

 

Fini le bla-bla, passons à présent en revue les points marquants de cette version. 

 

Installation : il s'agit d'un point que je ne mentionne pas dans les tests d'habitude, mais je pense qu'il est important de rappeler à quel point l'installation d'Ubuntu est simple. On est bien loin des premières versions et il suffit désormais de répondre à quelques questions basiques pour avoir un système installé et opérationnel en quelques minutes. La communication est claire et limpide pour ceux qui souhaitent installer Ubuntu à côté de Windows, laissant peu de place au doute pour les utilisateurs novices. Notons également les quelques rafinements du nouvel installeur qui vous permet entre autres d'installer les mises à jour ou les paquets restreints lors de l'installation.

 

Administration : rien ne change de ce côté, Synaptic assure toujours la gestion des paquets et permet les mises à jour du système en un clic. La logithèque Ubuntu a quant à elle connu quelques améliorations ergonomiques et apporte un certain nombre de nouveautés, dont certaines applications payantes disponibles sous un onglet dédié. On sent que Canonical souhaite s'orienter vers un système de boutique en ligne façon AppStore avec des applications libres et des applications payantes. Si ce point en fera peut-être glousser certains, il s'agit d'un pas en avant pour Ubuntu qui tend de plus en plus à s'adresser aux vrais gens plutôt qu'à une poignée de geeks.

 

Multimédia : le multimédia est toujours aussi bien pris en charge par Ubuntu. L'activation des codecs et autres logiciels propriétaires en cochant une simple case lors de l'installation permet d'avoir un système opérationnel dès le premier démmarrage. MP3, et autres codecs vidéos ne poseront donc aucun problème. L'arrivée de Banshee comme lecteur audio ne m'aura fait que peu d'effet. Je suis en effet converti au service de streaming suédois Spotify depuis bien longtemps et n'ai pas lu un MP3 sur mon poste depuis une éternité. J'ai toutefois une pensée émue pour Rhythmbox et ses bons et loyaux services. Ce logiciel m'aura permi de scrobler quelques 20.000 titres sur Last.fm au fil des années.

 

Notons également l'arrivée du gestionnaire de photos Shotwell (déjà présent depuis Ubuntu 10.10). Ce logiciel a remplacé avantageusement Picasa que j'utilisais à défaut de mieux sous Linux. A l'usage, et une fois que l'on a pris ses marques, Shotwell gère à merveille une collection importante de photos. Question performences, il va sans dire qu'il met au tapis F-Spot qui peut passer jusqu'à plusieurs heures pour indexer une malheureuse collection de quelques milliers de photos.

 

Internet : côté réseau, tout mon matériel fonctionnait correctement dès le premier démarrage (CPL ethernet + wifi). Pour ce qui est du surf, je ne me sers plus que de Google Chrome, et je dois dire que je suis véritablement conquis par ce navigateur, qui plus est sous Linux. Ayant un poste sous Windows sur mon lieu de travail, j'ai toujours constaté que Firefox sous Windows était bien plus rapide que sous Linux. Passage d'un onglet à l'autre, temps de chargement des pages, bref, tout est bien plus rapide sous Firefox dans sa version Windows. Chrome a su apporter ce sentiment de vitesse aux utilisateurs de Linux et j'ai à présent véritablement le sentiment d'avoir un navigateur qui va à la vitesse de l'éclair. Ajoutez à cela la touche cloud de Google, favoris, mots de passes et autres extensions sont synchronisées dans les nuages et je les retrouve d'un poste à l'autre : c'est que du bonheur. Vous l'aurez compris, mon expérience internet sous Ubuntu se résume à Google Chrome, et c'est "de la balle" comme disent les jeunes.

 

Ergonomie et utilisation au quotidien : Unity aura ses fans et ses détracteurs. J'ai fait partie des détracteurs les premiers jours. J'en suis même arrivé à désactiver cette interface pour repasser à "Ubuntu classique" tellement j'étais frustré. Je me suis alors donné une seconde chance, et me suis laissé aliéner par Unity. Je pense que pour que l'utilisation de Unity soit agréable, il faut se prêter au jeu et se mettre entre autres aux raccourcis claviers. En effet, une fois passé aux raccourcis claviers, un certains nombre des points qui me mettaient hors de moi ont été résolus. Je sais à présent comment afficher le bureau, comment passer d'une fenêtre à l'autre ou tout simplement comment savoir quelles sont les applications ouvertes à un instant T. Une fois qu'on a pris le pli, je dirais pas que l'expérience utilisateur est ultime, mais elle est franchement sympa. Je persiste toutefois à penser que ce changement radical d'interface posera quelques problèmes d'adaptation pour les utilisateurs non avertis. Faire comprendre à ma mère qui ne fait pas la différence entre un fichier et un dossier qu'il faut à présent faire "Window + D" pour afficher le bureau risque d'être compliqué.

 

Conclusion : Au final, je pense que cette version 11.04 est vraiment l'avènement de quelque chose de nouveau. Il y aura clairement un avant et un après Unity dans l'épopée d'Ubuntu. Reste à voir quelles seront les prochaines évolutions de cet environnement qui en est pour le moment à un stade embryonnaire. La seule chose que je trouve à redire concernant cette version d'Ubuntu réside dans les performances du système. J'aurais bien mis une note élevée à cette version (moi qui note plutôt "sec" d'habitude), mais je trouve que les performances sont plutôt décevantes. Sur mon poste de bureau, je trouve que le temps du lancement de la session Gnome ainsi que le temps de chargement lors du lancement d'une application sont très en retrait par rapport aux versions précedentes. Attention de ne pas sombrer dans la bêtise Microsoft qui a lancé Vista pour des machines "musclées", ce qui s'est avéré être une des plus grosses erreurs de Microsoft sur les 10 dernières années.

 

Exception faite de cet "avertissement" sur les performances du système, vous aurez sans doute compris que je recommande vivement la mise à jour à tous ceux qui sont encore sous Ubuntu 10.10, et j'invite ceux qui n'ont pas encore essayé Ubuntu à prendre le train en route sans plus attendre.

 

Note Linuxfacile.net : starstarstarstarblankstar

Mise à jour le Mardi, 31 Mai 2011 11:39