Installer une machine virtuelle sous Ubuntu Envoyer

Bien que l'on soit en mesure de faire une multitude de choses sur un poste sous Ubuntu, certaines opérations nécessitent parfois de passer par un poste sous Windows. En effet, certains matériels (smartphones, montres cardiofréquencemètre, etc.) ou services web sont tout simplement inexploitables sous Linux. L'intérêt du recours à une machine virtuelle dans ce cas est d'avoir accès à un environnement Windows sans pour autant redémarrer sa machine. En effet, la virtualisation permet d'avoir accès à un environnement Windows tout en restant sous Ubuntu. Cet opération compliquée au premier abord est en fait relativement simple.

 

Matériel nécessaire :


  • Un ordinateur sous Ubuntu (configuration musclée de préférence).
  • Un cd d'installation ou une iso de Windows et la licence qui va avec.
  • Quelques gigas octets d'espace disque

 

Étape 1 : Installation de Virtualbox :

 

 

Étape 2 : Création de la machine virtuelle

 

  • Dans Virtualbox, cliquez sur le bouton "Nouvelle"
  • Laissez vous guider par l'assistant.
  • Pour ce qui est de la mémoire vive, n'hésitez pas à affecter 1 ou 2 Go si vous avez une machine avec 4 Go de ram.

 

Étape 3 : Configuration de la machine : 

 

  • Votre machine virtuelle créée, sélectionnez la et cliquez sur le bouton "Configuration"
  • Sous l'onglet "Stockage" sélectionnez le lecteur CD ou l'image iso à utiliser.
  • Assurez vous que sous l'onglet "Système" le lecteur CD est le premier dans l'ordre d'amorçage.
  • Vous êtes à présent en mesure de démarrer sur votre lecteur cd et d'installer Windows.
  • Sélectionnez votre machine et cliquez sur "Démarrer"

 

Étape 4 : Utilisation de la machine virtuelle :


  • Lorsque vous cliquez dans la fenêtre de la machine virtuelle, celle-ci s'accapare la souris
  • La touche Ctrl de droite permet de rendre le contrôle de votre souris à Ubuntu
  • L'accès au périphériques USB se gère via l'onglet périphérique lorsque votre machine virtuelle est démarrée

 

Et voici le résultat en quelques images :


Windows 7 Virtualbox on Ubuntu Windows 7 - Virtualbox sous Ubuntu 10.10 Google Chrome sous Windows 7 - Virtualbox sous Ubuntu 10.10

 

 

Une réaction, un avis ? On en parle sur le forum !

Mise à jour le Dimanche, 13 Juin 2010 12:52
 
Installer Adobe Flash sous Fedora Envoyer

Voici comment installer Adobe Flash sou Fedora:

 

  • Se rendre sur http://get.adobe.com/fr/flashplayer/
  • Télécharger la version RPM pour Linux du plugin Flash
  • Installer simplement le paquet fraichement téléchargé en cliquant deux fois dessus

 

Et voilà, le plugin flash est installé.

 

Un avis, une réaction ? On en parle sur le forum.

Mise à jour le Mercredi, 24 Mars 2010 18:51
 
Rétablir le son de la sortie casque sur un Acer Aspire 6930 Envoyer

Par défaut, certains Acer Aspire 6930 présentent un vilain défaut sous: il n'y a pas de son sur la prise casque. pas de panique ! Nous allons y remédier.

 

Voici comment procéder pour rétablir le son sur la prise jack:

 

  • Lacer un terminal (Applications -> Accessoires -> Terminal)
  • Taper sudo gedit /etc/modprobe.d/alsa-base
  • L'éditeur de texte Gedit apparait, ajouter la ligne suivante: options snd-hda-intel model=auto
  • Sauvegarder puis fermer l'éditeur de texte
  • Redémarrer la machine

 

Et voilà, le son de votre prise jack fonctionne.

 

Un avis, une réaction ? On en parle sur le forum.

Mise à jour le Mercredi, 24 Mars 2010 18:52
 
MusicBrainz Picard ou comment tagger (ID3) ses mp3 sous Linux Envoyer

A force d'accumuler des mp3 à droite et à gauche, on se retrouve souvent avec une bibliothèque musicale "taggée" n'importe comment.  Or, les méta-données ID3 accompagnant un fichier mp3 sont de la plus grande importance, car ce sont elles  qui permettent d'identifier une chanson. On se rend souvent compte que sa musique est mal "taggée" lorsque l'on importe sa bibliothèque de 10.000 mp3 dans Rhythmbox (Banshee, AmaroK ou même iTunes!) et que l'on constate que l'on a des albums de the offspring, The Offspring, the Offspring, Offspring et Offspring (The).

 

Il existe pourtant une méthode très simple et fiable pour "tagger" sa musique en toute simplicité: j'ai nomé MusicBrainz Picard. Il s'agit là d'un logiciel qui reconnait automatiquement les fichiers mp3 qui lui sont présentés afin le les tagger en bonne et due forme. Concrètement, Picard créer une emprunte numérique qu'il compare à une base de donnée distante (MusicBrainz) afin d'identifier le morceau.

 

Afin de maintenir une bibliothèque proprement taggée, je recommande d'agir en amont et de tagger systématiquement  tout nouvel album que vous ajoutez à votre discographie.

 

Voici simplement comment procéder pour tagger proprement un album:

 

  • Commencer par installer Picard, il se trouve dans les dépôts de toutes les distributions Linux
  • Après avoir installé Picard, lancer le !
  • Ajouter les fichiers faisant l'objet du délit (Fichier -> Ajouter ou tout simplement en Drag&Drop)
  • Cliquer sur les fichiers (ou dossiers) à tagger, puis cliquer sur le bouton Analyser
  • Les morceaux reconnus apparaissent en colonne de droite, faire un clic droit puis Sauvegarder
  • Et voilà, vous pouvez à présent importer sereinement vos fichiers dans votre lecteur/baladeur favori

 

Picarc MusicBrainz Biffy Clyro

 

Picarc MusicBrainz Biffy Clyro

 

Nota bene: Il arrive souvent que pour un même album analysé, plusieurs possibilités apparaissent en colonne de droite. Il faut alors assigner les fichiers au bon album, en fonction du nombre de pistes dont vous disposez. Ce processus est fastidieux, mais c'est le seul moyen de parvenir à une collection de fichiers musicaux proprement taggés. Une fois tous les fichiers taggés, l'expérience utilisateur est grandement améliorée. Le logiciels et baladeurs sont par exemple plus à même de trouver la pochette d'un album proprement  taggé.

 

Un avis, une réaction ? On en parle sur le forum.

Mise à jour le Mercredi, 24 Mars 2010 18:52
 
Supprimer les anciennes versions du noyau sous Ubuntu Envoyer

A mesure que l'on utilise Ubuntu et que l'on effectue les mises à jours proposées, on se retrouve rapidement avec plusieurs versions du noyau installées sur sa machine. En effet, à chaque mise à jour du noyau, le système conserve la version précédente. Cette approche est très raisonnable dans la mesure où elle permet un retour en arrière en cas de problème. Toutefois, elle est relativement inutile pour un utilisateur moyen et ne sert qu'à ajouter davantage d'entrées dans le menu de démarrage, ce qui est visuellement assez dérangeant.

 

Voici une illustration classique de ce problème :

 

Ubuntu 9.10 avec plusieurs noyaux
Écran de démarrage GRUB avec trois versions différentes du noyau installés

 

 

Il existe pourtant une solution très simple qui permet de supprimer les anciennes versions du noyau afin de ne garder que la dernière.

 

Voici comment procéder :

 

  • Télécharger et installer la dernière version d'Ubuntu Tweak (l'installation se fait en cliquant simplement sur l'icône)
  • Lancer Ubuntu Tweak via le menu Applications -> Outils Système -> Ubuntu Tweak
  • Se rendre dans l'onglet Programmes -> Nettoyeur de paquets
  • Dans la colonne de droite, cliquer sur le bouton Noyau propre
  • Cocher la case tout sélectionner
  • Cliquer sur le bouton Nettoyer (Cleanup)

 

Nettoyer les anciennes versions du noyau avec Ubuntu Tweak
Ubuntu Tweak

 

Un avis, une réaction ? On en parle sur le forum.

 

Et c'est tout bon !

Mise à jour le Mercredi, 24 Mars 2010 18:52
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 9